Accueil  > articles  > le polygone-point du jour  > travail universitaire sur le (...)
Dernière mise à jour :
vendredi 4 avril 2014
Statistiques éditoriales :
164 Articles
Aucune brève
26 Sites Web
261 auteurs

Statistiques des visites :
51 aujourd'hui
131 hier
880238 depuis le début
Travail universitaire sur le Polygone enregistrer pdf {id_article}
mardi 29 novembre 2011
par Stéphane
Nombre de visites : 465


Mesdames, Messieurs,

Etant étudiant en master d’Hisoire à l’Université de Brest, je travaille sur les cités de baraques du Bouguen, du Bergot et du Polygone à partir d’un cahier rédigé quotidiennement de février 1961 à juillet 1962 par l’abbé Abiven (qui a succédé à l’abbé Ménez en 1960). Dans ce cahier, on peut y lire ses sermons, ses nombreuses visites aux habitants ou encore les événements et les questions importantes concernant le quartier et la paroisse.

Par conséquent, je suis à la recherche de personnes qui ont pu connaitre à cette époque, soit l’abbé Abiven, soit les autres prêtres de la paroisse : les abbés Raoul, Jullien, Harré ou Ladan pour le Bouguen, les abbés Merdy et Le Moal pour le Bergot et l’abbé Pellen au Polygone (aidé par l’abbé Le Gall jusqu’en août 61 puis par l’abbé Parcheminer).

Vous pouvez me contacter en m’envoyant un mail à l’adresse stephane.pochard@laposte.net

Stéphane

P.-S.

 


    1 Message

    • Travail universitaire sur le Polygone 17 février 2012 22:16, par gregSolso

      Bonjour
      Depuis quelques temps, je m’intéresse à ce qu’était la vie en baraques de mes grands parents et parents. Ce qui m’intéresse, c’est le passage de la vie en baraque à la vie en HLM. Comment les gens l’ont appris, ont ils été contraints, si oui de quelle manière, etc...j’appris récemment qu’il existait un comité de soutien aux habitants des baraques, auquel participait le père Pellen. Y a t il eu des revendications, des manifestations ? Que disait Lombard à ce sujet, lui qui pronait l’industrialisation de masse. Auriez vous des éléments à me communiquer à ce sujet ? Cordialement

      Grégory SOLSONA, petits fils de baraques de Bellevue